Métal, nature et science

« On dit souvent que la science est froide, dénuée d’esthétique, brute. Mais c’est exactement le cas de la nature. Prenons « le vent qui souffle ». Peut-être associerez-vous cela à une image du merveilleux, à la sonorité esthétique de l’expression. Pourtant la nature est bel et bien froide, sans esthétique et brute. Elle n’a pas plus de beauté que de laideur. Elle est, tout simplement. Le vent n’a aucune exigence d’appeler à vous l’image d’une image. Si l’on veut comprendre le monde, le palper, il faut oublier la recherche de l’esthétique qui nous trompe en permanence, nous dictant des doctrines culturelles qui n’ont absolument aucun rapport à la nature. La nature est données, en perpétuelles évolutions. Abandonnez les visions et approches romantiques de vos expériences à l’environnement dans son ensemble et embrassez un changement de valeurs liées à l’image. Car, plus vous vous approcherez d’une beauté d’impression, plus vous vous éloignerez de la science, de la nature et de l’histoire. Ne positionnez pas d’échelle de vos sentiments dans vos contemplations, recherchez ce qui est. Exiger de la passion et de l’émotion à la science, comme à la nature, l’a toujours entraînée vers l’extinction de la race humaine. » ~ Sébastien Bages

metallique_large_quote_v2

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s